dimanche 28 août 2016

L'education sentimentale


"Assis ! ... C'est bien !!!"

C'est bon, t'as vu, j'obéis... Vas-y, raboule le bout de saucisse...

De temps en temps ça lui prend comme ça à ma maîtresse, elle me fait réviser les bases. Alors je joue au chien super éduqué. 
Assis. Couché. Pas bouger. No problemo.
Elle me fait marrer, ça doit la rassurer je pense. Se dire qu'elle a pas foiré toute mon éducation à cause de mon fichu caractère. Alors je joue le jeu, et je lui montre tout ce que je sais faire.

Mais oui, je sais revenir au pied.
Mais oui je sais t'attendre sans bouger.
Mais oui, je sais m'asseoir.
T'inquiète Arlette.

Elle est trop branchée éducation. Éducation des chiens, éducation des chats, éducation des oiseaux... Du coup au début quand elle m'a adoptée, ça lui a fait tout drôle. Parce que moi, l'éducation c'était pas trop mon trip. Je lui mettais des coups de patte, je l'engueulais, je volais des trucs, j'écoutais pas... J'étais pas franchement le chien idéal. Finalement j'ai l'impression qu'elle s'est habituée. Ou c'est moi qui me suis habituée. Je sais pas.

Elle m'a fait travailler petit à petit. S'asseoir. Se coucher. Se lever. Attendre. Venir au pied. Marcher en laisse. Le Best Of quoi.
Des heures de lecture de bouquins sur le comportement animal, de pratique à la maison et en cours d'éducation canine, à regarder des toutous bien éduqués tourner en rond dans un carré d'herbe marchant bien gentiment à côté de leurs maîtres.

Ce que j'appelais "le gang des chiens-zombies". Ils étaient limite flippants. Trop à l'écoute, avec des maîtres cherchant à atteindre la perfection. De vrais petits soldats. Et c'est sûr que moi, quand au bout de 20 minutes ça me gonflait, que j'échappais à ma maîtresse pour aller gueuler sur le prof, j'avais la sensation d'être une extraterrestre...

Tout ça pour dire que, m'apprendre ces quelques bases, ça lui a demandé beaucoup de patience.
Mais sa persévérance m'a touchée. Donc maintenant, j'obtempère sans rien dire. Enfin, dans la limite du possible.

Oui, c'est vrai, je suis pas aussi bien éduquée qu'un chien de berger qui va sauter dans un pneu ou chercher des moutons (quoique, si j'ai le droit de ramener que la cuisse gauche, ça se discute...).
Mais je fais des efforts, j'écoute, et j'essaie de lui faire plaisir, parce qu'après tout, j'aime bien qu'elle soit fière de moi. Elle me regarde, me sourit, me fait un câlin. Et en plus j'ai des récompenses. C'est donc un bon plan de bouffe gratos.
Eventuellement, quand ça me chante, je peux même ramener des trucs (genre la baballe). Une fois, sûr. Peut-être deux. Mais faut pas abuser. Y a pas marqué Lycos sur mon front.

De temps en temps, c'est sûr, y a des ratés. L'instinct animal reprend le dessus. J'y suis pour rien, je peux pas toujours être parfaite ! J'écoute, je suis sage, puis une brise passe, un papillon s'envole et j'essaie de me faire une oie... 
L'ennui sans doute. Ou le besoin d'un peu d'action.
Et là, je la sens désemparée, elle remet tout en question...

Alors c'est reparti. Assis. Couché. Au pied. Pas bouger. Gentille fifille!

Finalement, tout bien réfléchi, c'est plutôt intéressant, et ça m'a permis de me rendre compte d'un truc : les maîtres passent du temps à nous éduquer, certes, mais ça peut être totalement réciproque!
Et ouais, moi ça m'a pris 3 ans, et petit à petit, bah, ils rentrent dans le moule...
Personnellement, j'ai opté pour une forme de communication basée sur les ronchonnements et les coups de patte. Et ça marche !

Un coup de museau dans la tête pendant la nuit pour montrer que je veux sortir, et ils se lèvent.
Gueuler en donnant des coups de patte dans le vide, en pointant du nez ma gamelle pour dire que j'ai faim, et ils me donnent à manger. 
Secouer les clés sur la porte pour qu'ils m'ouvrent, et ils accourent.

Ça a été un travail long et complexe, mais à force de répéter sans cesse les mêmes gestes encore et encore, ils ont fini par comprendre ce que j'attendais d'eux et maintenant ils obéissent super bien!

Mais je vais encore plus loin dans l'expérience. Par exemple, en cas de désobéissance, le renforcement négatif, ça marche à tous les coups.

Je m'explique:

Tu ne veux pas me faire sortir, t'es sûr de toi? Très bien, alors je me couche sur toi, et je te mordille le cou !
Tu ne veux pas me donner à manger ? Certain ? Pas grave! Je vais me servir toute seule, je sais ouvrir le placard !
Tu ne veux pas jouer avec moi ? Y a pas de souci! Le chat sera probablement d'accord pour que je le pourchasse dans toute la maison... Attention aux objets fragiles !

Avec tous ces exercices, je comprends mieux le principe de l'éducation, qui est, en gros, de créer des automatismes pour mettre quelqu'un à sa botte, pour lui demander des trucs rapidement, sans perdre du temps à lui expliquer ce que l'on veut.

Le concept est prometteur je trouve. Ça vaudrait presque le coup d'écrire un bouquin. Genre "L'éducation humaine pour les Nuls". 
Y a quoi, 7 millions de chiens en France ? Je suis sûre qu'il y aurait de la demande. Et ensuite, créer un mouvement. Fidéliser les chats aussi. Et prendre le contrôle du monde. Ouais, j'vois grand. Je sais. C'est à cause des redifs de Minus et Cortex. Faut vraiment que j'arrête la télé.

En ce moment, mes ambitions sont moins glorieuses. Je bosse sur une grande question : leur faire comprendre que je préfère le Mc Wrap Poulet à mes croquettes... J'ai pas l'impression qu'ils aient bien saisi. Des fois, ils sont un peu longs à la détente les maîtres.